samedi 18 juin 2011

...Sans commentaire !

6 commentaires:

Barbe blanche a dit...

Merci, marico, d'avoir porté ce document à notre connaissance, je me permet de le publier sur ma page fesse bouc...

Accent Grave a dit...

Ce texte est juste, explicite et porte en son coeur une préoccupation bien légitime partagée par les Montérégiens, par tous les Québécois.

Je reste surpris que Lucien Bouchard soit devenu le porte-parole d'une industrie ayant fait tellement de tort à toutes les sociétés.

N'avait-il aucune autre possibilité de carrière? Je ne m'explique pas cela. L'argent reste le seul motif apparent. À quel âge ou à quelle étape de sa vie cesse-t-on d'être obnubilé par le fric?

Accent Grave

Le factotum a dit...

Merci Marico.
Très instructif.

Zoreilles a dit...

Merci Marico d'avoir porté à notre attention cette lettre de Dominic Champagne à Lucien Bouchard. Jusqu'à la toute fin, je l'ai écoutée de toutes mes zoreilles, c'était un pur ravissement. Je souhaiterais que tout le monde l'entende, que le texte en soit publié dans plusieurs journaux et qu'elle circule sur le web, dans tous les réseaux sociaux.

Comparativement à l'industrie pétrolière, gazière, minière, les citoyens ont peu de moyens mais ils ont encore l'arme ultime, pacifique et constructive : la solidarité et la mobilisation.

Dominic Champagne pose un regard très lucide (je m'excuse pour le jeu de mot trop facile) sur notre société, sur la démocratie et sur notre avenir. Il est plus visionnaire que n'importe lequel de nos politiciens.

Quant à Lucien Bouchard, je me pose exactement les mêmes questions que notre ami Accent Grave. Mais peu importe maintenant, le sort et les motivations profondes de Lucien Bouchard, je n'en ai plus rien à cirer. Il fait partie de tous ceux que je considère comme « achetables ». Le contraire de « libre », de « intègre ».

Les combats que les citoyens mènent contre l'exploitation du gaz de shiste en Montérégie, dans le Bas-du-Fleuve, que les Iles de la Madeleine et la Gaspésie mènent contre l'exploitation de gisements pétroliers au large des côtes comme ceux de Old Harry ou d'Anticosti, que l'Abitibi, le Nord-du-Québec et la Côte Nord mènent contre les minières dévastatrices, etc., c'est le même, avec des toutes petites variantes. La seule arme dont nous disposons reste dans tous les cas la mobilisation citoyenne.

Dominique a dit...

C'est l'expression qui sera toujours vivante:
L'argent qui mène... Personne n'y échappe...

Marico a dit...

Merci à tous. Vos commentaires com!oplètent ma pensée.

Dominique: L'expression! Oui, tout à fait. Il arrive que l'indignation me fasse oublier... Merci.