samedi 28 mai 2011

...Les faiseux d'images et les machines à duper!

De retour d'un trop court et très infructueux voyage de pêche dans Papineau-Labelle, après avoir déballé et rangé tout le barda, un message télévisé m'accroche:  sur un ton grandiloquent, on me parle du fameux "PLAN NORD".  Défilent des images idylliques d'eaux tourbillonnantes, de nature sauvage, d'enfants heureux, d'autochtones souriants, de barrages, d'ouvriers!  C'est le rêve, c'est la joie quoi! Plus que ça, l'euphorie du paradis retrouvé! 
ET..., ça s'appelle "mettre la charrue devant les boeufs"!
N'y a-t-il personne d'autre que les publicitaires, les faiseux d'images, les machines à duper, pour nous expliquer et nous parler INTELLIGEMMENT d'un projet que l'on veut "grandiose".

Entendons-nous bien, je ne suis pas, mais pas du tout, contre les projets d'envergure, mais j'ai horreur qu'on tente de me farcir.  Je ne suis pas une dinde, mes concitoyens non plus!

Nous sommes loin, très loin, des René Levesque, Robert Bourassa, et autres ingénieurs visionnaires et grands constructeurs de l'Hydro-Québec des années 60-70.  J'imagine que le nombre de ceux qui se souviennent diminuant, le Premier Sinistre Charest compte endormir facilement les jeunes générations avec son chant des sirènes!

Ne pourrait-il se trouver quelqu'un d'articulé, de crédible, d'enthousiaste, quelqu'un qui connaisse à fond le dossier NORD, quelqu'un pour qui l'avenir des Québécois, du nord au sud, de l'est à l'ouest, régions et villes, compte davantage que la réélection tant espérée au Parlement???????????  Quelqu'un d'autre en tout cas que les faiseux d'images qui nous bercent d'illusions sans rapport avec la réalité. 

Moi, la réalité du grand nord québécois, je la soupçonne pas si simple, pas si facile que ça!  Ça prend tout un peuple derrière un projet d'envergure!  Ça prend des gens transcendés par leur envie de bâtir grand et solide.  Pas des p'tits politiciens incapables de nettoyer leurs écuries!  Pas des politiciens qui ne pensent qu'à eux ou à leurs petits amis!

Gérer le Plan Nord?  Commençons donc par gérer efficacement les désastres en Montérégie.  Commençons donc par mettre de l'ordre dans l'industrie de la construction, par s'attaquer à la corruption dans les administrations, avant de lâcher tous les loups assoiffés de profits dans le grand Nord déjà suffisamment malmené!

Et puis, faites-moi la grâce M. Charest, lorsque vous faites des annonces à coups de milliards, de mentionner de temps à autre qu'il ne s'agit pas de votre argent personnel, mais de celui de millions de Québécois!  Gérer l'argent des autres, pour leur plus grand bien, voilà votre première responsabilité!  Cessez de palabrer si vous en êtes capable et adressez-vous à nous directement, simplement.... et informez-vous avant!

Quant à vos faiseux d'images, je leur fais un immense doigt d'honneur!

9 commentaires:

Le factotum a dit...

Ouf ! moi qui travaille au Nord du Nord depuis maintenant 20 ans avec les Inuits, laisse-moi te dire que le Plan Nord est très mal reçu.
Aucune commune mesure avec ce qui se dit dans les villages autochtones.
On cherche présentement à imposer une façon de faire qui va entièrement à l'encontre des volontés du peuple Inuit.
À suivre de près.

Marico a dit...

Je ne connais pas ton grand Nord si ce n'est par des amis qui y ont travaillé, secteur santé et qui viennent tout juste de prendre leur retraite.
Fais nous connaître les points de vue des Inuits. Dans le sud, peu de gens les connaissent! Certains les appellent encore Esquimaux!!! À mieux se connaître, on peut mieux s'épauler! J'apprécie ton commentaire.

Barbe blanche a dit...

Le plan Mort de Charret, cela s'appelle, il n'y a plus que le Nord qui n'a pas encore été détruit par les amis du pouvoir, alors, occupons nous en , ça presse, avant de perdre les prochaines élections, il faut inscrire notre nom dans l'histoire , peut importe comment, mais inscrivons le, après les élections, il sera trop tard....
Dire que nous n'avons pas fini de supporter ces politichiens incompétents.

Le factotum a dit...

À lire dans la Presse d'aujourd'hui, page A5, on parle d'un accord historique ...
Tous ce que les Cri ont accepté, c'est d'être en nombre égale aux tables de négo.

Pour les Inuits, on accepte même pas de reconnaître les participants nommées par les membres des villages.

Tout ce qu'on veut, c'est de créer des ports en eaux profondes du côté de l'Ungava et de l'Hudson pour envoyer en Chine et en Inde le minerai non-traité et payé avec des redevances dérisoires pour le Québec.

Les villages n'auront même pas accès à ces ports en eaux profondes.

Tout ceci cache un non-respect des territoires ancestraux au détriment de la population locale qui ne cherche qu'à être partie prenante des négociations.

Accent Grave a dit...

Étonnant à quel point personne ne fait confiance à Charest! On se demande pourquoi!

Le plan Nord! Une idée réfléchie? Certainement pas. Le prix des matières premières augmente, toutes les entreprises recherchent des minéraux et les proches de Charest flairent la bonne affaire. C'est ce que j'imagine et je ne suis certainement pas loin de la vérité.

Évidemment qu'il faut développer le Nord. Il s'agit d'un des territoires le plus riche au Monde. Depuis longtemps, j'me dis qu'il vaut mieux vivre ici sur cette terre qu'à bien d'autres endroits où la famine fait rage.

Je doute que l'on puisse un jour déveloper le Nord dans l'harmonie, avec l'accord des autochtones.

Nous verrons bien.

Accent Grave

Anonyme a dit...

Merci Marico d'avoir pris le temps pour écrire ce que beaucoup de gens ressentent mais qui n'ont pas la plume facile et qui ont une écoeurite aiguë de ce gouvernement qui se laisse mener par un égo super égo et qui ne veut pas se rendre compte qu'il est le corbeau et non le renard!!! Ou Orogon et les compagnie Tartuffe!!!
Comment le gouvernement Charret peut-il se permettre de disposer notre territoir de cet façon. Il méprise le peuple Québecois et l'envoi à sa ruine! On a l'impression d'être un pays en voie de développement où les compagnies viennent nous saigner et pomper toutes nos richesses naturelles sans que nous ayons le droit de gérer nos ressources. Elles sont à nous à tous les habitants du Québec autant le Nord que les sud avec les gaz de chistes.
Ce gouvernement nous lance de la poudre aux yeux, ne nous dit pas la vérité, nous met sous sédations avec de pseudo promesses de surveillance environnementales!!!!
À OKA, les gens ne se sont pas laisser faire!!!!
Xiane

gaétan a dit...

Sur la Côte-nord à Uashat mak maliotenam et à Bersimis... pas sûr que le plan nord passe.
Sur la 138 à l'entrée du village de Bersimis y a des tentes qui sont montées et une grosse pancarte qui dit non au plan nord...

la fourmi....... a dit...

coucou,
je t'envoie,
un gros rayon de soleil
de grosses bises..
et un coucou, de la dame en rouge
elle s'installera dorénavant,
en cloture de mon blog..........
bizzzzzzzzzz claire

Zoreilles a dit...

Que je suis ravie d'être venue te lire ce matin, ça m'a fait tellement de bien d'entendre quelqu'un qui ne se laisse pas berner par tout ce qu'on nous garroche en pleine face à coeur de jour comme un message subliminal. Ton point de vue est tout à fait réaliste et je le partage à 100 %.

Des commentaires éloquents avec des exemples locaux viennent enrichir ton billet et ajoutent des faits vérifiables et vérifiés dont on n'entendra jamais parler dans nos médias.

Les seuls qui se sont véritablement penchés sérieusement jusqu'ici sur le fameux Plan Nord, ce sont les faiseurs d'images, justement.

L'argent investi par le gouvernement pour ce développement sauvage, comme le soulignait si justement Le factotum, c'est pour établir des routes, des ports de mer gigantesques qui ne serviront qu'aux multinationales pour mieux nous déposséder de nos ressources sans payer de redevances. Autrement dit, on leur facilite la tâche pour que ça leur coûte moins cher et qu'ils fassent plus de profits plus vite. Et ça, les populations locales le savent mieux que n'importe qui. Mais on ne les entendra pas, on ne les verra pas. Ceux qui feront la piasse dans le Nord, ce sont ces entreprises-là, les miettes seront ramassées par des travailleurs itinérants, et pour faire plus joli dans les topos de 2 minutes qu'on nous repassera inlassablement sur les réseaux d'information continue, ils embaucheront quelques Inuits, quelques Cris.

C'est devenu un devoir de citoyen de s'informer à plusieurs sources, surtout les non officielles. Nous devons en être conscients. Sinon, on va s'endormir dans leurs messages subliminaux comme des imbéciles heureux.

Un autre exemple qu'on verra au Téléjournal de Radio-Canada ce soir. Surveillez bien... La minière Osisko à Malartic (en Abitibi) procède aujourd'hui à l'ouverture officielle de sa mine d'or à ciel ouvert. Un trou gigantesque dans une ville minière qu'on a déménagée plus loin. M'étonnerait pas que Charest y soit présent même, avec un beau casque blanc pis des bottes de trekking. Ça dépendra de ses faiseurs d'images. Ce sera magnifique et gigantesque, le Québec aura le vent dans les voiles, vous ferez la rencontre des chefs d'une entreprise socialement et environnementalement responsable et vous ne saurez rien de tous les drames qui se jouent encore en coulisses à Malartic depuis quelques années. Osisko Mining est une « nouvelle » minière, un chef de file, un exemple à suivre pour les autres, ils s'investissement tellement dans la communauté, il y aura peut-être de la petite musique de violon en arrière, vous verserez une petite larme!