jeudi 28 novembre 2013

..et.ajouter de la vie à la Vie!

Je vieillis, tu vieillis, il vieillit et...nous vieillirons tous dès notre arrivée en ce monde.

Alors, comment expliquer qu'à compter d'un certain âge, - soyons généreux et disons 60 ans - on tende à nous confondre avec le décor, et qu'il soit devenu presque normal de commencer tout doucement à s'éteindre bien avant l'anonymat final?  Nos voisins du Sud emploient l'expression to fade away laquelle décrit on ne peut mieux la chose.

Je sais, je sais, pour les chanceux de 50 ans et + existent des publications spécialisées, des voyages organisés, des olympiades, des rabais et des escomptes pour inciter à consommer à tous les niveaux, sans compter l'essentiel bénévolat, tout ça en parallèle à la vie normale du citoyen actif. 

Daphne Selfe, Fabulous Fashionitas
Ai-je envie que ces bénéfices du vieil âge me cantonnent parmi les citoyens passifs?... Ai-je envie, sans trop m'en rendre compte, de passer de grand-maman bien utile à petite vieille dont il faudra s'inquiéter et s'occuper parce qu'on lui niera la capacité de s'occuper d'elle-même?  Non que j'en sois là, - mes enfants en témoigneraient - mais, mieux vaut prévenir que guérir...

Tout ça pour dire que je revendique maintenant et dans les années à venir, le droit absolu d'être qui je suis, fantasque et folichonne à mes heures, sérieuse et combative quand il le faut, créative et amoureuse en tous temps... et ce jusqu'à ce que j'annonce que j'aurai capitulé devant l'inévitable, ce qui n'est pas pour demain, ni les années prochaines, je l'espère.  En retour, le moment venu, je tirerai gentiment ma révérence et disparaîtrai avec élégance.

Notre société avec ses exploits et ses excès me passionne toujours.  Bien consciente de tous les bienfaits de la vie en société, je me reconnais un devoir d'y participer quel que soit mon âge... et c'est la grâce que je vous souhaite à tous! 

Alors, devoir de réflexion avant de donner son avis ou son vote et devoir de réflexion face à soi-même afin de mieux se situer parmi les autres le moment venu.

4 commentaires:

Zoreilles a dit...

Je n'ai aucune crainte depuis que je te lis, tu ne seras jamais vieille, toi! Ton credo, je le reconnais, je l'ai entendu presque pareil de la bouche de mon arrière grand-mère qui a vécu jusqu'à l'âge vénérable de 103 ans et elle n'a jamais été vieille elle non plus...

J'ai de beaux exemples sous les yeux, des femmes de 67, 71, 82, 85 ans, qui n'ont jamais baissé les bras, sont toujours allumées, autonomes, juste un peu délinquantes (!) jamais recroquevillées sur leur petit nombril ni centrées sur elles-même. Elles continuent leur vie comme elles l'ont rêvée, organisée, avec quelques menus ajustements mais c'est tout. Elles font parfois des petits deuils qu'elles s'empressent de remplacer par de nouveaux projets et un horizon ouvert.

J'ai aussi sous les yeux quelques exemples de femmes qui se sont déclarées vieilles un jour et se sont laissées prendre en charge par leur entourage avec une facilité déconcertante.

Pour moi, le choix est facile à faire.

Pourtant, il me reste une inquiétude... à 56 ans : Ce qui me rendrait la mort acceptable à n'importe quel âge à partir de tout de suite, ce serait la certitude de ne jamais jamais devenir un poids, une responsabilité, une préoccupation pour ma fille, ma petite-fille, mon mari, etc. C'est la seule chose qui me fait peur. Vieillir? C'est pas grave du tout, tant qu'on peut s'occuper de soi-même et trouver la vie belle.

gazou a dit...

comme je suis d'accord, quelque soit son âge, faire partie des vivants, être vivant jusqu'au bout

gazou a dit...

Joyeux Noël Marie Colette...Continue à donner de la vie à la vie !

dj34 a dit...

Quand on n'est plus rentable, dans un monde dominé par l'argent...
C'est vrai aussi pour les chômeurs, les handicapés...