mardi 20 mars 2012

... rien n'est jamais acquis !

Je me rends à l'évidence, les démolisseurs sont à l'oeuvre... et leurs chantiers sont nombreux:
  • l'éducation,
  • les soins de santé,
  • la mémoire historique,
  • le tissu urbain,
  • la ruralité et j'en passe!

Les politiciens nous tendent le miroir aux alouettes de "l'enrichissement du Québec" et je me bidonne à chaque fois car je sais bien qu'il s'agit surtout de "s'enrichir DU Québec" pour les amis du pouvoir, que ça n'a rien à voir avec les Québécois et leurs besoins.

J'appartiens à une génération en voie de tomber dans l'histoire (autant dire dans l'oubli), celle des pré-boomers.  La génération qui a connu les écoles de rang, mais ni les Cegeps, ni l'instruction à portée de tous.  La génération qui a applaudi l'avènement de l'assurance-maladie et qui rêvait le meilleur pour sa progéniture.  La génération dont plusieurs ont ravalé des rêves impossibles à réaliser, puis se sont retroussés les manches pour que leurs enfants aient les moyens de leurs rêves, eux!  Je ne crois pas que la déconfiture actuelle, quoi qu'on en dise, résulte de la gourmandise des boomers! Ils ont eu la chance de vivre de grands commencements et ont continué sur leur lancée.

Nous avons baissé la garde toutes générations confondues, occupés que nous étions à créer une belle société.  Et c'est là l'erreur!  Nous payons le prix de notre manque de vigilance.  N'attendez pas de nos actuels hommes de pouvoir et d'argent qu'ils comprennent vos préoccupations.  Tout au plus, vous lanceront-ils un bonbon pour vous fermer la margoulette! Qu'ils sont réjouissants leurs discours hypocrites devant des pertes d'emploi massives, des étudiants en colère, des urgences débordées!

Et aujourd'hui, premier jour du printemps, voilà t'y pas qu'il y aura "lecture du budget"!  Et que le ministre des finances nous parle de ses lacets devant des journalistes réjouis!  Il me semble que devant le Québec qui se déglingue il y a infiniment mieux à faire.

Comme je ne veux assombrir la journée de personne à commencer par la mienne, une bonne nouvelle pour terminer: l'Australie s'apprête à exiger des redevances de l'ordre de 30% aux minières intéressées par ses richesses.  Nous nous contentons de moins de la moitié de cette somme!

Nos ancêtres ont été des "porteurs d'eau" par obligation.  J'ai parfois l'impression que nous sommes en train de choisir nous, de devenir des "porteurs de cash", des esclaves consentants d'un système qui achète notre esprit et notre âme à coup de bébelles et qui en est rendu à monnayer l'Éducation et la Santé comme des produits de luxe!  Y a des coups de pieds au cul qui se perdent!

Mon cadeau du printemps, la caricature de Garnotte (Le Devoir).


4 commentaires:

Barbe blanche a dit...

Merci, Marico, d'avoir si bien mis en mots, ces vérités tellement évidentes, qu'un nombre effarant de nos concitoyens ne soupçonnent même pas.
Nous avons rêver, et mis en place des moyens pour atteindre un monde meilleur, mais, nous nous sommes, en chemin, laissé endormir par le sentiment d'avoir atteint le but.
Tant de travail reste à faire, et même, plusieurs sont à recommencer, encore et toujours.
Il ne faut jamais baisser la garde.

Barbe blanche a dit...

Ce commentaire est pour t'informer, que j'ai partagé ton billet sur ma page fesse bouc...
Je te remercie à nouveau, de l'avoir publié...
Yvon.

C. Sauvage a dit...

Ah la servitude volontaire ! Ils sont riches de nos abandons, ils sont forts de nos faiblesses. Résistons, résistons encore, si ce n'est pour nous, pour os enfants. Il n'est d'autre choix.

Nous venons d'assister ces derniers jours, en France, à des "crimes de haines", des militaires d'origine magréhbine, des enfants juifs assassinés sauvagement. Après une campagne présidentielle qui suinte la haine. Il est temps de s'arrêter avant le précipice

seb haton a dit...

On dirait que cette déliquescence nous est commune... et ce n'est pas réjouissant.
Le pire, c'est que nous ne sommes pas encore assez malheureux pour nous révolter...
s.h.