lundi 22 août 2011

...le pouvoir de l'indignation!

http://video.telequebec.tv/video/7900/chartrand-le-malcommode

Je termine le visionnement du documentaire de Foglia intitulé: "Chartrand le malcommode" ET LE RECOMMANDE À TOUS LES INTÉRESSÉS qui ne l'auraient pas vu.  Le meilleur docu sur Michel Chartrand.

Vite, vite, comme ça, parce que je n'ai pas beaucoup de temps, quelques phrases me sont restées, des phrases qui font du bien:

"Faut jouer sa peau pour la sauver!"
"On a le choix: devenir un Homme ou se conformer.  Si tu commences à te conformer, faut que tu continues!"
"Le nécessaire pouvoir de l'indignation."

5 commentaires:

C. Sauvage a dit...

Dans plusieurs pays le petit (par la taille) livre de Stéphane Hessel (90 ans et quelques) intitulé "Indignez-vous!" rencontre un grand succès. Notamment en Espagne avec le mouvement des "Indignados".
Solidarité et Indignation sont nos seules chances aujourd'hui...

Marico a dit...

Merci d'attirer mon attention sur ce bouquin que je lirai certainement.

Barbe blanche a dit...

J'ai fais trente ans de syndicalisme, et Chartand a toujours été mon mentor...
Le Malcomode, un bon résumé de l'Homme.
À lire aussi, "Les dires d'un Homme de parole" de Fernand Foisy,
les dire de Michel, sont malheureusement tellement d'actualité...

Zoreilles a dit...

Je suis donc contente que t'en parles, Marico! J'ai d'ailleurs mis ton lien dans mes favoris pour y revenir, à ce film sur Michel Chartrand.

On regarde si peu la télé chez nous, surtout l'été. Un soir, dernièrement, Crocodile Dundee pitonnait nonchalamment, il est tombé là-dessus, à Télé-Québec. On a été happés par ce film et jusqu'à la fin, mais on avait manqué le début. Là, on va pouvoir se reprendre.

Par contre, ça nous a fait de la peine de voir Michel Chartrand si vieux, si... vieux, c'est ça. Quand on l'a connu si jeune, plein de fougue, il nous semblait démobilisé, un peu sans espoir, fataliste. Je sais que c'est une réalité mais ça nous a fait de la peine quand même.

Le factotum a dit...

J'ai toujours aimé la façon humaine qu'avait Chartrand de contester.
Sa façon de défendre la veuve et l'orphelin.