jeudi 6 janvier 2011

...le retour à l'atelier !

Je me l'étais promis pour 2011.  C'est chose faite.  J'ai recommencé à peindre.  Avec un nouveau bonheur, dans le plaisir, sans trace des angoisses passées.  Il était temps.
Un grand  tableau: des oies.  Quand il sera terminé, je le montrerai.
Pourquoi des oies? Parce que...j’aime les oies. Toutes les espèces d’oies. Blanches, du Canada, grises, des neiges, domestiques, sauvages, cendrées, rieuses, aussi les bernaches.

J’aime leur allure fière, presque suffisante. Elles occupent l’espace avec dignité, ce sont des souveraines.
Chaque printemps, chaque automne, par centaines de milliers, ces souveraines font escale sur les berges du lac St-Pierre, du fleuve St-Laurent, dans les prairies avoisinantes en quête de nourriture, de repos : la plus grande halte migratoire en Amérique du Nord!  Reines en leur domaine, reines sans sujets. Des reines qui farfouillent la boue des champs et des rives, à la recherche de nourriture.
Des reines pacifiques la plupart du temps, qui s’affichent défenderesses impitoyables en cas de menace, c’est le cas tout au moins, des oies domestiques que j’ai côtoyées avec bonheur pendant quelques années. Devant une oie domestique qui charge, les chiens fuient. Peut-être se rappellent-ils les pauvres que les oies leur ont damé le pion il y a bien longtemps à Rome. Les oies sacrées du Capitole romain jappèrent, - elles,- déclenchant l’alerte face à l’envahisseur. Suivie une période de honte, de déchéance et d’accablement pour tous les cabots romains demeurés silencieux. Depuis, les oies ne sont plus du tout impressionnées par les chiens!

L’oie sauvage représente, paraît-il, le retour du soleil.
Pour tous les québécois en mal de chaleur, c’est le retour du printemps. « Tiens, les bernaches retournent vers le nord, l’hiver est terminé ». Et à l’automne, elles repasseront au-dessus de nos têtes : « Brrr, l’hiver s’en vient, il y a des voiliers d’outardes dans tout le ciel ». Ponctuant leurs allers-retours, à chaque fois elles se poseront chez nous, signe de changement de saison.

J’aime les oies. Toutes les espèces d’oies. Pour ce qu’elles sont. Je m’élève avec force contre l’expression « oie blanche », synonyme de personne niaise, candide et sotte. Les oies que j’ai connues ne cadraient pas du tout avec cette expression, aussi blanches fussent-elles. De fait, elles étaient plutôt futées nos oies domestiques qui eurent vite fait de se reproduire en paix et en toute autonomie, se contentant d’eau, de grain, d’herbe l’été, et préférant les joies du grand air à leur abri tapissé de foin. Tellement belles les oies que nous eûmes vite fait de renoncer à la tradition de l’oie de Noël!

Je me sens complice de l’oie, farouche, reine en son royaume, débrouillarde et…fidèle. Car les oies sont fidèles. Elles défilent en couple! Autre chose encore, les mères hébergent les oisons bien cachés sous les plumes de leur dos, sur un fond de duvet.

J'aime les oies.  Je les peins pour dire autrement que je les aime!

7 commentaires:

Barbe blanche a dit...

Ton billet me plonge dans mes souvenirs, je revois encore "Le retour des oies blanches" de Marcel Dubé, c'était hier encore, il me semble...

Une femme libre a dit...

J'aime beaucoup les oies aussi même si j'ai déjà été attaquée (avec une amie) par un troupeau d'oies défenderesses qui nous ont fait reculer. Des oies de garde, faut le faire!

Bien hâte de voir votre future toile. Beau sujet!

hpy a dit...

J'ai hâte de voir les oies en peinture.

Solange a dit...

J'ai bien hâte de voir tes tableaux, tu fais bien de reprendre tu fais de belles choses.

Fanfan a dit...

Comme c'est beau cette phrase: « Je les peins parce que je les aime! »
Merci

Accent Grave a dit...

Oui, à vos pinceaux!

Vous êtes inspirée et avec vous, nous ressentons cette envie de peindre ces oies qui sont maintenant un peu les nôtres!

Accent Grave

Marico a dit...

Merci à tous pour l'encouragement.
Je continue de travailler. Je suis une lente qui construit à force de regards, de coups de pinceaux,d'amour, d'intuitions et d'accidents... Mais ça s'en vient...même si je ne sais pas trop bien où ça s'en va!
Un peintre a dit: "La peinture se fait!" ...et le peintre fait son possible! La dernière partie est de moi. Mais je suis heureuse et j'ai du plaisir. Je vous en souhaite autant à tous mes très chers.