lundi 15 novembre 2010

...René Lévesque : 15 novembre 1976 au Centre Paul-Sauvé !



Plus de 10 000 personnes célèbrent la victoire de celui qui deviendra le plus grand premier ministre du Québec!  Qu'avons-nous fait de son héritage?

4 commentaires:

Barbe blanche a dit...

Que c'est doux à mes oreilles, de réentendre cette nouvelle...
Son héritage, come nous savons si bien le faire, nous l'avons laisser pourrir entre deux joins...
Comme disait Pierre Bourgaut: entre deux joins on pourrait se grouiller le cul........

Marico a dit...

Merci de ta visite Barbe blanche.

Vrai, surtout aujourd'hui! Les joints sont pas mal plus efficaces que dans le temps on dirait!
Faut pourtant se rappeler du colossal travail accompli par cette première équipe. Ils ont tous vieilli de 10 ans en 5 ans! Ce qui ne risque pas d'arriver au PM actuel.
J'avais oublié, dans l'euphorie j'imagine, que M. Levesque nous avait prévenus que des erreurs seraient certainement commises, et qu'il s'engageait à corriger au fur à mesure! Faut croire que nous n'étions pas prêts pour l'aventure, pas assez matures et trop pressés! "Prendre le temps qu'il faut", on a du l'apprendre de force.
Avec tout ce qui se passe, j'espère que les Québécois réalisent que le fond du baril est atteint et qu'il faut donner le coup de talon nécessaire à la remontée!

ClaudeL a dit...

Je me souviens exactement où j'étais ce soir-là: chez ma belle-soeur, son premier enfant dans ses bras, mes parents tout pleins d'espoir et d'euphorie qui pensaient que ça y était.
Depuis, mon père a eu le temps de mourir sans voir son pays être un pays, le bébé a eu le temps d'avoir un bébé et moi quasiment honte d'avoir connu ce moment et ne pas y avoir donné suite.

Nanou La Terre a dit...

Pssit, Barbe-Blance, c'est Charlebois qui disait ça...

Marico, quel euphorie, quel espoir nous avions, tous tissés si serrés. Lorsque je regarde ces images je me demande si cette force n'est pas perdue pour toujours, un feeling que nous ne retrouverons jamais plus. Le Québec a tant changé. Dans mon âme et conscience j'ai toujours voulu mon Québec, mon pays. Si tu as le temps, vas voir dans mes libellés "opinions", j,ai des billets assez corsés...

Mon fils le sait. Je lui ai expliqué à quel point il était important de se tenir et de se respecter comme peuple, dans nos traditions, notre langue, nos racines...
Merci pour ce petit retour dans le temps...