vendredi 19 novembre 2010

...Baiser, l'apanage des gens jeunes et beaux???

Un texte de quelques années que je dédie à mon aminaute Éléonore !

En sept-oct 2005, la photographe Karen Brett présentait lors du mois de la photo de Montréal, une exposition intitulée The Myth of Sexual Loss durant Le Mois de la Photo de Montréal.  Elle y présentait des corps vieillissants faisant l'amour.

Le texte qui suit répond à certaines critiques qui m'avaient pour le moins ulcérée.

Si l'exposition de Karen Brett pouvait seulement faire réfléchir un peu ceux qui croient leur belle jeunesse reine et maîtresse exclusive de la jouissance charnelle!!!! J'ai une mémoire du tonnerre qui me rappelle qu'avec le corps de mes plus jeunes années venaient les incertitudes, les angoisses, l'aveuglement, même une certaine arrogance. Maintenant, c'est différent! Je ne planifie plus, je n'attends rien. Je donne et je prends! J'ai 62 ans...presque, c'est vous dire que j'ai connu les interdits et les niaiseries religieuses des années 50-60 au sujet de la sexualité. Ça laisse des marques encore aujourd'hui. Quant à moi, j'ai compris, et il (ou elle) n'est pas né celui (ou celle) dont le jugement, fut-il esthétique, me privera de mes séances amoureuses. J'ai fermement l'intention de laisser mon corps marqué par le temps me parler aussi longtemps qu'il le voudra bien et je l'écouterai avec ferveur. En passant, mes petites filles apprécieront (elles le font déjà) une grand-maman vivante et vibrante jusqu'à sa fin! Se familiariser avec la vieillesse, c'est abaisser des barrières: face aux autres, et face à soi-même. Au fond, le problème n'est pas tant la vieillesse, comme notre rapport à la vieillesse. Entre ignorer, rejeter ou se laisser submerger par les affres du vieillissement, il y a beaucoup d'espace pour créer et recréer sa vie jusqu'à la fin. C'est la grâce que je vous souhaite à tous!

14 commentaires:

Éléonore a dit...

très intéressant ! merci !

C'est comme si la dame d'aujourd'hui n'était pas la gamine d'hier et la jeune femme découvrant sa sexualité. Pourtant nous portons en nous toutes ces femmes là !

Aujourd'hui j'ai appelé ma mère (70 ans) et je lui racontais ma frustration et je sentais le besoin de me justifier en lui disant, à la blague, qu'on avait quand "même pas baiser comme des bêtes" et elle a eu ce commentaire si fin que j'ai eu des larmes de reconnaissance, elle a dit : " et si cela avait été le cas ? c'est ton droit !"

Bon j'ai envoyé un courriel à une de mes filles, elle a pas trop aimé, mademoiselle est en examen, ça devait pas être le bon moment, comme si il y avait un bon moment pour exprimer notre peine, ha ben non les parents ça a pas de peine, ça fait juste consoler hein ?

hpy a dit...

Bravo!

Solange a dit...

Je suis tout à fait d'accord,la vieillesse elle est dans la tête. Les animaux ne savent pas qu'ils vieillissent et ils continuent à vivre comme avant.

Marico a dit...

Eléonore: Ta mère n'a que 3 ans de plus que moi. Étant donné sa fille que j'apprends à connaître, la réponse qu'elle t'a donnée ne m'étonne pas vraiment! Tes enfants vont finir par se rendre compte que leurs parents sont vivants! Parfois je me dis qu'ils sont peut-être un peu jaloux nos enfants! ;-)

hpy: toujours heureuse de tes visites!

Solange: c'est bien vrai. Et j'ai remarqué que les animaux même très malades ne se posent pas de questions et vaquent à leurs occupations tant qu'ils en sont capables.

Barbe blanche a dit...

Vieillir, c'est quoi au juste...
C'est vivre longtemps et le plus heureux possible, en jouissant de tous les plaisirs à notre porté, tout en sachant lire le grand livre de toute notre vie, avec ses peines et ses quelques instants de bonheur si précieux qui s'imprime sur tout notre personne.

Accent Grave a dit...

Très beau texte, intelligent aussi. La sexualité, dès qu'on peut la vivre, c'est merveilleux. Plus tard, c'est différent mais tout aussi merveilleux.

Accent Grave

Marico a dit...

Barbe blanche: L'autre jour, on m'a encore demandé si je retournerais en arrière. Et comme à chaque fois j'ai pris le temps de réfléchir. Ça m'apparaît toujours comme une évidence que, NON, je ne retournerais pas là d'où je viens. Trop intéressée par l'aujourd'hui et le mystère du futur.

Accent grave: Merci de ta visite. Je frémis quand j'y pense: l'éducation chrétienne reçue dans ma jeunesse aurait pu avoir raison de mes jubilations! Fiou, je l'ai échappé belle!

Zoreilles a dit...

Quel beau texte, Marico, avec plein de joie de vivre dedans. J'ai toujours cru que faire l'amour, c'était célébrer la Vie! Même à cent ans, je ne serai jamais assez vieille pour ne pas vouloir goûter et partager tous les plaisirs... ;o)

Et ma fille sait ça de moi!!! Comme je sais ça de ma mère qui vient de se faire un amoureux, elle aura 79 ans le mois prochain et Monsieur en a... 82! Ils m'ont l'air très heureux. Je trouve ça fantastique.

Curieux quand même, ma mère est une très fervente catholique pratiquante, elle a une foi très profonde, elle est fière, libre et autonome. Ces sornettes-là ne l'ont jamais atteinte ou dérangée, elle avait sa propre conscience. Elle a utilisé la contraception quand elle l'a jugée nécessaire, a eu les enfants qu'elle voulait et pas plus que ceux qu'elle voulait. L'obscurantisme de cette période n'a pas touché tout le monde.

Marico a dit...

Merci Zoreilles de ta visite et de ce commentaire.
Je découvre qu'il est de plus en plus urgent de rayonner la Vie à 110%. Et plus que jamais dans cette période perturbée et morose!
Bravo à ta mère, une femme libre qui aura su affirmer qui elle est! Petite fille et ado, on a bien tenté(certains curés et certaines bonnes soeurs, pas tous) de m'enfermer dans une cage et c'est la révolte sourde de ma mère qui m'a soutenue.
L'épanouissement à tous les niveaux, c'est la meilleure façon d'illluminer le monde!

Gelzy a dit...

je viens de reproduire ton texte pour le diffuser !
merci ! et puis merci pour ce qui précède. J'ai passé un bon moment avec René Lévèque. Que reste-t-il de cette ardeur aujourd'hui au Québec ?

Marico a dit...

René Levesque, ce qu'il en reste?
Une inspiration forte, la preuve vivante que l'intégrité est possible en politique! Il a réconcilié mes parents avec les affaires de l'état, les a fait rêver comme il nous a fait rêver. Mes enfants le connaissent aussi et c'est à eux et à moi que revient de transmetttre ses valeurs aux petits-enfants. Je voudrais tant leur faire comprendre la beauté du geste politique au-dehors de toute ligne de parti!
Dans l'inconscient québécois, il y a des lignes de force et de résistance. Je pense que Monsieur Lévesque avec ses forces et ses fragilités fait à jamais partie de l'âme de notre peuple.

Grimimi Sue a dit...

Bonjour Marico,
Je te laisse la parole avec plaisir...
Tu touches nos coeurs et nos âmes et tu peux ranimer des idées et faire revivre nos corps.

Doux petits bisous.

Marico a dit...

Chère Grimimi,
Ta visite me fait plaisir et si je peux te rendre un peu de la joie que tu nous donnes!
Gros câlins!

gazou a dit...

Merci pour ce très beau texte
"il y a beaucoupd 'espace pour créer et recréer sa vie jusqu'à la fin", il faut le dire et le vivre.