lundi 19 avril 2010

...nous sommes si peu de chose en comparaison!

Un volcan fout le bordel dans le ciel et les aérogares européens!  Les médias s'emballent! Le volcan islandais nuit à l'économie mondiale!!! L'Islande, c'est loin, perdu au nord de l'Atlantique.  J'ai déjà pensé y aller, c'était avant la crise économique, celle de l'Islande et la nôtre!  On m'a dit que le feu de la terre y assure de l'eau chaude à profusion.  Les islandais sont probablement plus conscients que nous de la proximité du coeur incandescent de notre planète, et encore plus ces jours-ci j'imagine!   La croûte terrestre, notre habitat, est si mince et nous sommes si inconscients de cette réalité.  Ce volcan, Eyjafjallajökull de son nom, me rappelle la terrifiante beauté des forces qui sont à l'oeuvre!  Entre tremblements de terre, éruptions volcaniques, inondations, ouragans, tsunamis, ce depuis des milliards d'années, je trouve miraculeux que la vie animale et végétale aient tenu le coup!  La puissance démesurée de ces phénomènes m'aide à mettre en perspectives mes tremblements de coeur, mes angoisses existentielles.  Je me rappelle que la Vie est précieuse, fragile et si courte, que tant de choses sont vaines qui m'ont semblé graves, importantes. 
Reste la fidélité à soi-même, l'amour , l'amitié, la créativité!  Reste la base: "Homme, connais-toi toi-même!", "Aimez-vous les uns, les autres!", "Sois avec les autres comme tu voudrais qu'on soit avec toi-même!"

4 commentaires:

Solange a dit...

Des réflextions qui prennent plus d'importance quand on avance en âge.Impressionnant ce volcan je préfère habiter ici.

Air fou a dit...

Marico

Bonjour! Reçois-tu des avis par courriel lorsqu'on commente des messages plus anciens?

N'oublions pas que la fidélités à soi-même passe pour une bonne partie de la planète par la fidélité à la Vérité, Allah, Dieu, etc..... Nous sommes les méchants pur quantité d'humains, à éliminer, comme ils souhaiteraient l'être soit pour arriver plus vite au « paradis », soit s'ils devenaient mauvais comme nous. Ça ne me tente pas du tout.

J'ai peur ou plutôt j'ai horreur de la manière dont bien des humains acceptent d'être traités et qui traitent les autres ainsi.

Par contre, là où je te suis, c'est dans l'empathie envers d'autres humains qui souffrent de maux indescriptibles, auxquels on ne peut, enfin... ne doit rester indifférents.

Pour rigoler, alors : sais-tu pourquoi je n'arrive pas à prononcer le nom du volcan à l'envers?

Zed ¦)

Air fou a dit...

Pas clair... Nous sommes les méchants pour quantité d'humains, nous sommes à éliminer, comme...

Zed

Solange a dit...

Un petit bonjour en passant.